Ils ont tous progressé !

Petit récit de notre Camp Nature de cet été par une visiteuse…


Un long sentier s’enfonce dans la forêt… des cris, de joyeux ébats d’enfants….. Que se passe-t-il derrière ce portail vert ?

  Bientôt le mystère s’éclaircit : une grange aménagée laisse entrevoir un beau feu de cheminée où trois cheftaines rayonnantes font dorer en broche des rubans de brioche. On m’explique : c’est le dernier dîner du camp, un menu festif réunit tous les campeurs, égayé de chants, de morceaux de musique… et de parties de détente ! A peine quelques pas et nous voilà dans la prairie au beau milieu d’une bande de petits garçons en pleine mêlée. Au milieu d’eux se détache la silhouette du prêtre tel un grand frère aîné. Le spectacle est d’une simplicité ravissante, évangélique.

  À l’appel de leur cheftaine, les enfants se retrouvent en demi cercle autour du feu et me racontent chacun à leur tour ce qui leur a plu pendant ce camp : jeux avec l’abbé disent les uns, fabrication d’armes, bataille à l’étang, parcours Hébert, morceaux de musique ou jeux d’approche disent les autres. Les yeux brillent et se ferment ; je comprends qu’ils revivent la fameuse histoire de Loupio que leur a racontée la cheftaine. Ils ressemblent à de petits scouts, mais on les nomme ici « Pages », du nom des apprentis chevaliers ; service spontané, entraide dans les sizaines (il y en a trois), courage pour se doucher à l’eau froide… Oui ce sont bien de vrais Pages ! Ils apprennent du reste aussi bien à se débrouiller pour allumer un feu sans allumette qu’à se battre en duel ou à se demander pardon ! Bien obéissants à l’appel de leur cheftaine, tous se lèvent pour la prière. Seule la flamme éclaire ces visages d’enfants qui prient l’Ami Jésus.

Ce premier contact avec la Compagnie de la Sainte-Croix m’enchanta ; les enfants, au milieu de la nature, se révèlent ; le prêtre, les cheftaines ont l’œil partout et savent responsabiliser l’un, viriliser un autre, reprendre, consoler ou dégourdir un troisième, toujours  dans un souci d’aimer et de faire monter l’âme de chaque enfant ; et tous sont heureux !

 Les petits me disent  :  « C’est dommage que vous n’ayez pas pu passer toute la semaine avec nous : on a appris plein de choses ! Regardez nos bancs : on peut s’asseoir dessus ! Et vous, vous dormirez aussi sous la tente ? »

Monsieur l’aumônier, dont la soutane est bien marquée par la vie du camp, me glisse confidentiellement : « Cet apostolat est vraiment magnifique. »

Et les cheftaines, suie sur le visage : « Ils ont tous progressé ! » 

 Deo gratias, honneur au vénérable Père Sevin qui n’a certainement pas manqué de veiller sur ce camp 2019. Qu’il poursuive tout au long de l’année l’œuvre commencée !


Profitons de cette occasion pour remercier encore Rupert Brown pour l’initiation qu’il est venu dispenser aux enfants durant le camp !

Laisser un commentaire